TÉMOIGNAGES

Voici quelques témoignages de quelques parents qui m’ont fait confiance

Témoignage de Stéphanie, maman de Assia née en 2009 

« La présence affective de Bérengère lors de ma grossesse a été une bouffée d’oxygène. Assia est notre deuxième enfant qui s’est invité par surprise dans nos vies et j’ai eu beaucoup de mal accepter cette grossesse. Bérengère m’a permis de poser mes émotions et m’a beaucoup écouté et aidé à dédramatiser la situation. Elle a été disponible pour moi dès que j’avais des questions ou juste besoin de parler, et ce, même tard certains soirs. elle a toujours été d’une grande gentillesse et sans jugement. J’appréhendais beaucoup le travail et au final, lorsque les contractions étaient trop fortes je me souvenais de nos discussions où elle m’encourageait à me faire confiance et me disait que j’étais capable de le faire et ca me donnait de la force. Au final, mon accouchement s’est compliqué car j’ai fait une hémorragie de la délivrance et j’ai dû être transféré en urgence dans un autre hôpital, laissant ma fille et mon mari la clinique. Bérengère ne les a pas laissés seuls un moment, elle a soutenu mon mari déboussolé qui devait aussi s’occuper de notre fils. elle les rassurait en prenant les nouvelles à la clinique pour eux car mon mari et mes parents étaient choqués. C’est elle qui m’a aussi aidé par la suite à recréer un lien avec ma fille dont j’ai été séparée pendant trois jours. Elle m’a soutenu pour l’allaitement et guidé vers des consultantes en lactation et malgré beaucoup de larmes j’ai réussi à allaiter ma fille et j’en suis fière. C’était une bénédiction d’avoir Bérengère sur notre chemin, je souhaitais une doula, notre famille a gagné une amie. « 

Témoignage de Muriel, mamange de Klervi partie en 2011

 » Bérengère a été ma doula lors d’une grossesse avortée.

Au début de ma grossesse, j’ai cru pouvoir garder ce bébé et j’avais demandé à Bérengère d’accompagner ma grossesse mais certains évènements ont fait qu’il ne m’était finalement pas possible de garder cet enfant.

Durant les 3 semaines qui ont été nécessaires pour prendre la difficile décision d’interrompre ma grossesse, Bérengère a été là pour accompagner ma réflexion, sans jugement et avec une grande douceur. Elle est venue avec moi jusqu’au centre d’orthogénie quand j’ai eu le premier rendez-vous du processus d’IVG.

Bien que ne pouvant pas garder ce bébé, je vivais ces premières semaines de grossesses avec beaucoup d’amour pour lui. Grâce à Bérengère, j’ai pu lui parler et lui exprimer l’amour que je ressentais pour lui et lui expliquer que la grossesse serait interrompue et pourquoi. J’ai pu lui dire qu’il n’était que de passage mais que durant les quelques semaines que nous passerions ensemble, je l’aimais profondément.

Bérengère a eu l’immense gentillesse d’organiser un blessingway pour moi, la semaine précédant mon IVG, elle m’a offert un collier et elle m’a fait un belly cast (j’avais déjà du ventre, un peu comme si ce bébé avait dû prendre et affirmer sa place tant qu’il serait là, ce qui a permis de réaliser un vrai moulage). Cette cérémonie, vécue en harmonie, dans l’amour et la douceur entre moi et mon bébé a été une vraie bénédiction de ma grossesse, je ne l’ai pas du tout vécue de façon morbide mais bien comme un accomplissement donnant à cette grossesse toute son importance et sa valeur dans ma vie. J’ai pu donner un prénom à mon enfant et à mes yeux, « elle » existe au même titre que mes enfants déjà nés ou à naître. Tout cela m’a donné beaucoup de force pour la suite.

Grâce à cette force que j’en ai tiré, j’ai pu aller seule à l’hôpital pour la seconde phase de l’IVG, j’ai négocié pied à pied et obtenu une IVG médicamenteuse (à mes yeux, une aspiration était inenvisageable), malgré le fait que le délai pour la méthode médicamenteuse était un peu tardif pour le centre d’orthogénie et j’ai donc dû être hospitalisée pour la 2e phase. Le cytotec a déclenché des contractions de plusieurs heures aux terme desquelles l’expulsion a eu lieu. J’ai conservé le « sac » que j’ai expulsé et je l’ai mis en terre au pied d’une plante avec beaucoup d’amour et de sérénité accompagnée en musique par un CD découvert grâce à Bérengère. Cette plante m’a donné des fleurs à profusion durant des mois avant de s’étioler, malgré tous les soins dont je l’ai entourée, et finir par mourir, curieusement –ou pas-, à peu près à la date où mon bébé aurait dû naître.

Aujourd’hui, je suis heureuse et sereine de la façon dont les choses se sont passées et dont je les ai vécues et je sais que cet état d’esprit apaisé est grandement dû à Bérengère qui a été une doula extraordinaire, me permettant ce passage dans la sérénité et l’amour, malgré la douleur. Merci Bérengère ! « 

Témoignage de Sarah, maman de Abdallah né en 2012

 » J’avais entendu parler des Doulas par une amie sur un forum internet à l’époque. Ce n’est que tardivement dans ma grossesse que j’ai franchi le pas et ai fait appel à Bérengère. Tout du long de la fin de ma grossesse, je me suis sentie écoutée, comprise et soutenue par rapport à mes choix, mais aussi par rapport à ma confession religieuse. Elle n’a pu être présente à l’accouchement, car quand le travail s’est mis en route, tout s’est accéléré très, très vite. Mais tout du long je me remémorait ce que nous avions discuté avec Bérengère et fait mes exercices de respiration et de visualisation. J’ai ainsi pu surmonter mes peurs et accueil mon bébé de manière (plus ou moins) détendue à l’hôpital comme je l’avais imaginé. Quelle fierté de lui présenter mon fils après ! «